Tchad – De l’eau potable salubre

De l'eau potable salubre pour 12 500 personnes dans l'est du Tchad

Contexte

Le Tchad est l’un des pays les plus pauvres du monde (classé au 185e rang sur 187) et la région de Hadjer Hadid est l’une des régions les plus pauvres du Tchad. Un demi-million de réfugiés ont fui le Darfour voisin pour s’installer dans cette région déjà appauvrie et qui souffre de conditions économiques et écologiques difficiles.
Nous travaillons côte à côte avec les communautés et leur donnons les moyens de saisir les opportunités qui leur permettront de se construire un avenir meilleur et plus prometteur.

Le projet Tawisa

Une tradition locale incarne nos valeurs et notre vision pour les personnes qui bénéficient de ce projet :

 

1. Approche participative et promotion de la coresponsabilité
2. Auto-initiative et résilience dans des circonstances défavorables
3. Effet durable à long terme

 

L’eau est généralement prélevée dans des trous creusés dans des lits de rivière desséchés. Elle est souvent de mauvaise qualité (avec des animaux et des excréments humains à proximité). Ces trous sont généralement loin des villages. Les trous de forage et les pompes manuelles sont rares, mal entretenus et beaucoup tombent en panne après peu de temps. Nous avons déjà identifié 60 pompes défectueuses dans la région.

Nous travaillons avec les communautés pour réparer ou remplacer 25 pompes manuelles défectueuses.
Les comités locaux de l’eau sont équipés pour assurer une gestion et une maintenance efficaces et les mécaniciens locaux sont formés à la réparation des pompes. La sensibilisation des communautés aux stratégies de recouvrement des coûts et aux possibilités de réseautage est également programmée.

Nous nous engageons à apporter des changements en profondeur dans la communauté en abordant le sujet de la résilience dans l’éducation ainsi que l’alphabétisation dans la langue maternelle. Pour ce faire, deux comités d’alphabétisation, démarrés par un partenaire local,  sont soutenus dans des camps de réfugiés. Du matériel et d’autres ressources pour l’alphabétisation et l’éducation sont mises à disposition pour un usage local.

Afin de pouvoir provoquer des transformations dans cette région, nous devons comprendre le contexte local et les besoins locaux en profondeur: nous discutons avec les communautés au sujet des approches participatives et recueillons des données sur les ressources en eau (hydrologie, géologie, démographie), afin d’obtenir une image claire de la situation actuelle et des  perspectives d’avenir.
Cela  jettera les bases de projets viables à long terme dans les années à venir, aidera à introduire de nouvelles approches (irrigation, barrages de sable, protection des sources, etc.) et renforcera les capacités locales.

Quelques faits

En plus du besoin chronique d’eau potable propre, il y a d’autres besoins majeurs  et urgents dans la région :

Mortalité infantile/juvénile : 9 % / 15 %
Espérance de vie : 50,7 ans
Malnutrition chez les enfants : 30 %
Accès à l’eau potable : 13 %
Pompes à eau dysfonctionnelles : 80 %
Accès à l’école primaire : 20 %
Taux d’alphabétisation locale : > 5 %